Me voici à Paris, je sais que pour quelques personnes, mon départ, est un mystère, que mon comportement, n’est plus le même, d’ailleurs on  ne me pose pas beaucoup de questions comme s’il était préférable de ne pas savoir…

circulation

La semaine à Paris, je vais trouver rapidement un poste de chauffeur intérimaire et découvrir la capitale et les environs au volant d’un camion 19 tonnes… Puis en fin de semaine je laisse Julio pour retrouver mon foyer en Vendée, cette situation aurait pu durer plusieurs mois, mais il me fallait parler car si moi je trouvais un équilibre dans l’acceptation de mon homosexualité, ce n’était pas pour me cacher, alors 3 semaines plus tard j’ai eu une discussion avec mon épouse c’était mon premier coming-out, ensuite mes parents, mes enfants, frère, soeur, amis.

Pour mon épouse ce fût un choc, je  lui ai présenté Julio lors d’un week-end à Paris avec les enfants, je lui ai assuré mon soutien, tant financier, que moral… Notre divorce sera prononcé 2 ans plus tard… Nous sommes jusqu’à ce jour resté en bon terme (en adultes qui terminent une histoire, mais conscients que les enfants n’y étaient pour rien et que nous leur devions notre amour).

Divorce

Avec les enfants l’attitude fût la même dire la vérité sans rien cacher, prendre le temps d’expliquer… Je peux aujourd’hui les remercier pour le comportement formidable qu’ils ont eux envers leur maman, moi, et Julio qui est également papa!

Et les autres qu’est-ce qu’ils ont dits ;

Avec ma maman  je me souviens avoir été assez direct, j’ai eu peu de retour de sa part, elle acceptait le fait, pour moi, une maman connaît ses enfants et ça ne devait pas être une surprise pour elle… Avec mon père nous n’avons jamais eu de dialogue direct sur le sujet, j’ai donc complété avec un courrier  au moins comme ça j’étais entendu. Je sais que ce fût difficile pour eux un fils, marié, homo, plus l’affrontement du regard des voisins, le pénible, »qu’en dira-t-on ». Quelques mois plus tard Julio sera accueilli dans la famille comme membre à part entière… quel beau cadeau! Merci.

Passé l’orage des premiers mois et des gorges chaudes… Mon coming-out c’est bien déroulé, il est évident que ça a changé les relations avec certaines personnes, mais surement  ce n’était que des relations superficielles! Parmi les reproches que j’ai entendus, hormis le classique; « mais Yannick tu es malade ça se soigne… » Il y a eu celui-ci de la part d’un proche:  » Pourquoi es-tu parti à Paris? Dans les grandes villes voisines, tu aurais pu satisfaire tes pulsions sexuelles et rester avec ta famille! » Cette personne n’a pas compris qu’il s’agissait d’une belle histoire d’Amour, et pas seulement d’adultère.

coming-out

C’est comment dans ma tête?

Cette période est une expérience unique! Est-ce que j’y étais préparé? Non, je l’ai vraiment vécu au jour le jour, l’élément déclencheur, un coup de foudre, pour un homme, je ne découvrais pas que j’étais homo, mais j’allais sortir de ce qui était pour moi de l’ordre du fantasme: »vivre avec un homme ». Entre la rencontre avec Julio et mon départ seulement  10 mois vont s’écouler, je vais tout remettre en question, et prendre la décision de tout changer, avec les conséquences que cela va entrainer… En tête j’ai un impératif, ne pas jouer « l’autruche » ne pas faire mal, ne pas blesser, essentiellement mon épouse et mes enfants, et là c’est un pari gagné car il y a eu un dialogue, et maintenant je peux dire que ma relation avec mes proches est allée bien au-delà de mon espérance..

C’est à vous?

Avez -vous eu l’occasion de vous dévoiler, faire votre coming-out ? c’était comment pour vous?  Que pensez -vous des gens qui font leur coming-out? Comment réagissez-vous à mon témoignage?

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Tagged with: acceptationcoming-outfantasmesfoyergay homopulsion sexuelle
 

2 Responses to Yannick – 34 ans / 40 ans (suite)

  1. Coucou Yannick, c’est encore moi.
    Quel merveilleux cadeau de la vie, en récompense de ta franchise, que cette famille qui t’a accepté et a accueilli Julio !
    Mon coming out s’est passé vers 20 ans, d’abord avec ma mère, qui pressentait la chose mais la refusait. Elle espérait toujours que je rencontre le prince charmant et me « poussait » un peu, malgré elle, dès que je sortais avec un garçon. Bien qu’attirée très jeune vers les filles, étrangement j’essayais la normalité, même si je n’étais pas attirée amoureusement, car je voulais des enfants. Je ne vois que cette raison. Et les garçons que je rencontrais étaient toujours gentils, c’est toujours moi qui les laissais et les faisais souffrir. Ca m’énervait un peu lorsqu’on me disait « mais tu as été déçue ? C’est pour ça que tu t’es tournée vers les femmes » ? Je leur expliquais que non, rien à voir, c’était une attirance, c’est tout, je ne me sentais vraiment femme qu’avec une femme. Avec un homme, je me sentais enfant, pas vraiment moi-même. J’ai eu ma première expérience à 23 ans, c’était très fort, mais juste après elle est partie à l’étranger et j’ai souffert. Il me semblait que l’amour rimait avec souffrance. Ensuite à 24 ans ma première compagne, des moments difficiles car elle avait des problèmes d’alcoolisme et de fragilité mentale, mais durant le temps où elle n’a pas bu et où ça se passait à peu près bien (même si ce n’était pas le véritable amour que j’attendais), j’ai eu mon fils, avec un ami à elle qui est devenu le mien. J’ai ensuite eu une autre compagne, c’était toujours pas ça. Bref des galères sentimentales, des attentes non comblées, du célibat quelques années en attendant de trouver ma perle, et puis depuis 7 mois, enfin l’amour avec celle que j’espère côtoyer toute ma vie. Mon fils a 13 ans et il est adorable, tout se passe bien, même maintenant qu’il sait qui je suis. Il arrive même à en parler un peu avec ses copains.
    Voilà en gros.
    Au plaisir cher Yannick
    Marjorie

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
    • Merlyann dit :

      Moi je suis ravi de te retrouver sur ce parcours Marjorie, comme toi moi aussi j’avais un désir d’avoir des enfants et j’ai été comblé! Bien sûr je n’imaginais pas la suite à ce moment-là. Je ne suis pas allé sur ton blog (je vais me rattraper), comme moi, ton histoire n’est pas banale, s’il n’y avait pas eu Booster-Gala et le jury, je ne suis pas certain que j’aurai parlé de cette période de ma vie, car je pensais ne pas intéresser beaucoup de personnes, m’enfermer dans un ghetto… Alors que non! On doit témoigner parler de ce que l’on connaît… L’un de mes objectifs est l’accompagnement de personnes qui rencontre des difficultés dans leur vie et qui ne savent à qui parler pour aller vers une solution…. Comme le disent très bien Eugénie et Claude on ne peut pas aider la terre entière, alors parlons de nos expériences de vie c’est là que nous sommes les meilleures… Plus de personnes qu’on ne le pense (en 2013) souffrent dans des situations similaires à la nôtre. Il est facile de s’en convaincre, il suffit de voir ce qui se passe avec le débat sur le mariage gay en France…
      Donc bienvenue chère Marjorie – Au plaisir

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: +1 (from 1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?

Set your Twitter account name in your settings to use the TwitterBar Section.

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.