Marié, trois enfants, nous habitons une commune rurale de 800 habitants, je suis  salarié dans une entreprise d’ambulances, une vie associative bien rempli, des responsabilités départementales à connotation religieuse, ça se déroule en Vendée…

En décembre de cette année- là va avoir lieu en région parisienne un congrès du mouvement que je préside, c’est donc naturellement que je suis inscrit pour cet événement…

En marge de toute mes occupations, le minitel rythme certaines de mes soirées, qui sont mon seul regard sur un monde que je découvre, celui de l’homosexualité. Un film me bouleverse à cette époque c’est « Philadelphia » de Jonathan Demme, je prends conscience que je ne suis pas seul, que c’est un vrai tabou? Qu’il est plus simple d’en rire que d’en parler sérieusement, moi je découvre que je suis homosexuel, que je l’ai toujours été et que ce n’est pas une maladie…

Philadel

Je décide donc pour le mois de décembre de prolonger mon séjour sur Paris d’une nuit pour satisfaire ma curiosité en découvrant des lieux « Gay », pour bien faire avec l’aide de mon minitel je lance un message en demandant qui peut m’héberger et me faire une visite guidée des lieux branchés… Mon souhait va donc se réaliser sans surprise c’est un monsieur  qui me propose le gîte et la visite… La nuit va être très longue, j’ignore que ma vie vient de basculer!

Le monsieur se nomme Julio, il m’accompagne à la gare pour mon retour, nous avons beaucoup parlé, il ignore mon statut marital, nous allons rester en contact… Il est amoureux! Moi je ne sais pas… Ou devrais-je dire j’ignore ce que c’est que d’aimer par passion, c’est bizarre, ce n’était pas dans mon programme, ce qui est certain c’est que l’homme qui est installé dans le train du retour n’est plus l’homme qui se rendait à un congrès deux jours plus tôt…

Bar

Je change dans ma tête, je change physiquement , plusieurs messages minitel par jour, des appels téléphoniques discrets (nous n’avons pas de portable), il y aura des week-ends sur Paris, dès mon premier retour je lui dis que je suis marié… Petite déception, et puis rien d’impossible, pour qui veut… Notre amour est un véritable « coup de foudre ».

Maintenant mon seul objectif était de partir vivre  auprès de Julio, c’était mon chemin, comme une révélation de moi qui prenait forme, c’était donc possible. Pas un instant, je n’aurais compris cette attitude chez une autre personne, avant que ça ne m’arrive… C’était inimaginable que je puisse laisser derrière moi ma famille, il me fallait donc composer avec eux…. Mais comment?

En seulement dix mois je vais devenir quelqu’un d’autre, c’est le temps que je vais mettre pour  concrétiser ma vie avec  Julio. Aux yeux de mon entourage, le prétexte pour partir, quitter mon emploi, sera une formation que je dois effectuer sur Paris pour un changement de vie professionnelle, mais en vérité il n’en est rien, je viens simplement m’installer avec l’homme que j’aime…

Voilà j’y suis, j’assume mon homosexualité, et maintenant je dois faire mon coming-out, car il  est hors de question de mener une double vie, homo la semaine, et Monsieur bien comme il faut le week-end quand je retrouve ma famille…

C’est comment dans ma tête?

Au cours de cette transformation de ma personnalité, je me sens invulnérable, porté par cet amour passion, que j’ai décidé de vivre… Pour autant je ne veux pas blesser ceux qui me sont chers, mes enfants, leur maman, famille, amis… On ne peut pas tout avoir me direz-vous, le beurre, l’argent du beurre, et un beau crémier! C’est pourtant maintenant mon second objectif, j’ai réussi à me prouver qu’il existait une autre vie que celle qui est de faire le beau pour plaire à la société … Alors puisque je me sens pousser des ailes, je profite de cette force pour affirmer qu’il serait possible de vivre différemment…

images

Je vous invite maintenant à réagir… c’est votre regard sur cet épisode, qui m’intéresse aujourd’hui, que ressentez-vous à la lecture de ces quelques lignes. La parole est à vous!

 

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Tagged with: bar gaycoup de foudrehomolieux branchésPhiladelphia
 

2 Responses to Yannick – 34 ans / 40 ans

  1. Quel bouleversement ça a dû être ! Et ça n’a pas dû être facile, j’imagine bien, non d’être ce que tu es mais de l’exprimer, surtout pour tes enfants (qui j’espère l’ont bien vécu) et ton ex épouse… A te lire, il semble que tu n’aies pas eu d’hésitation, que c’était vraiment la perle rare que tu avais trouvée… Si je lis bien, c’était vers la quarantaine ? Le fameux âge lol.
    Marjorie

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
    • Merlyann dit :

      Un véritable tsunami! Les enfants avaient 12/11 et 3 ans, je ne peux pas dire à leur place que cela a toujours dû être facile, mais nous avons eu un vrai dialogue en permanence rien de caché, il me voyait heureux, le véritable poids je pense que c’était plus lié à mon absence (à eux de réagir). En ce qui concerne mon épouse comme je le dis l’acceptation a été plus difficile, mais je dois reconnaître qu’il n’y a pas eu de guerre entre nous, je ne les ai pas abandonné… C’est vrai que je n’ai pas eu d’hésitation dans mon choix de partir vivre avec Julio, un amour très fort, une vraie passion…

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 0 (from 0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?

Set your Twitter account name in your settings to use the TwitterBar Section.

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.